Menu

 Les Candélabres Téléscopiques


Deux exemples connus de candélabres télescopiques installés à Paris. Le premier exemple est présenté en 1937 en marge de l’exposition internationale de Paris. Un candélabre télescopique est installé place de la Concorde. Replié, son fût mesure 2m50, déplié, il dépasse les 20m. Il est équipé de lampes incandescentes. Cet essai sera sans lendemain à cause de problèmes divers (prise au vent, fondation, maintenance et esthétique).

Deuxième exemple, les 4 candélabres du pont du Carrousel. En 1935 le nouveau pont du Carrousel est construit. Il est en béton, habillé de pierres de taille pour être en harmonie avec le Louvre situé juste à côté. Pour l’éclairage on tente l’innovation, on fait appel à Raymond SUBES, spécialiste en ferronnerie Art Déco. Les candélabres feront 13m maximum repliés en journée pour ne pas dépasser les toitures du Louvre, et 20m en position dépliés de nuit pour couvrir efficacement de lumière la surface de chaussée du pont. Les travaux d’installation seront interrompus par la guerre 1939-1945. Durant celle-ci, les éléments en cuivre des candélabres seront cachés dans les culées du pont pour échapper à la convoitise des allemands. Après la guerre, une fois installés, des difficultés apparaissent lors du déploiement des 4 candélabres, difficultés liées à une mauvaise conception du système télescopique. Faute de mieux, après moultes tentatives de réparations, ils resteront et fonctionneront uniquement en position basse.

En 1999 pour le passage en l’an 2000, la ville de Paris tente une restauration du système télescopique…Mais, aux dernières nouvelles, ce système serait de nouveau en panne et de nos jours en 2018, les candélabres de R.Subes brilles uniquement en position basse 

Jean-Jacques Le Moellic - Jean-Michel Berthod

Go to top

Affiche JEP 2019

MEGE participe aux Journées Européennes du Patrimoine 2019.

Pour venir visiter notre conservatoire, cliquez sur le lien